Quelques nouvelles d'Alep

Chers amis,
 
Recevant à l’instant la lettre n° 23 de nos amis d’Alep écrite par Nabil Antaki je m’empresse de vous la transmettre. Nos amis nous invitent à nous indigner. Nous le sommes tous indignés ! Indignés par l’horreur et la barbarie qui règnent en Syrie depuis plus de 4 ans maintenant ; indignés aussi par toutes ces familles de réfugiés qui traversent la mer au péril de leur vie, affrontant les frontières pour trouver un refuge quelque part en Europe !  Il me semble que s’indigner veut dire aussi agir, informer sans relâche. Aussi, je me permets de vous inciter à transmettre cette lettre au plus grand nombre autour de vous, à vos réseaux professionnels, ecclésiaux et associatifs, à vos élus, à vos journaux locaux ou régionaux.
 
Et si toutefois vous souhaitez faire un don :  envoyer un chèque à l’ordre de l’œuvre d’Orient à mon adresse personnelle 9, Avenue Raymond Poincaré 75116 Paris. Les montants récoltés sont ensuite envoyés via l’œuvre d’Orient au groupe des maristes bleus d’Alep et vous recevez un reçu fiscal directement de l’œuvre d’Orient. Merci aussi de me transmettre le  mail (si elles le veulent bien) des personnes que vous sollicitez et qui font un don afin que je puisse les remercier et les inscrire dans le fichier des donateurs. Elles seront ensuite, comme vous, informées.
 
Et c’est toujours ce même merci que je vous adresse ; un merci non seulement du cœur mais un merci solidaire et responsable.
 
En toute amitié.
Françoise Parmentier

Reflets de l'Arc n°323

« Le catéchisme en promotion »


En ce mois de septembre, une belle campagne(1) s’annonce dans les paroisses pour faire connaître le catéchisme et faciliter les démarches des parents pour les inscriptions. Pourquoi promouvoir le catéchisme ? Voici cinq bonnes raisons.

1- Nous y croyons. Qui suis-je ? D’où je viens ? Où je vais ? La foi chrétienne apporte à ces questions une réponse lumineuse, puisée dans la Bible, à la lumière du Christ. Elle offre dès l’enfance de bons repères pour conduire sa vie.

2- Nous désirons faire connaître Jésus aux 4 000 enfants baptisés avant l’âge de 3 ans dans notre diocèse d’Aix et Arles. Parmi eux, à peine un sur trois sont catéchisés.

3- Nous nous adressons aux parents. Beaucoup sont pris dans le tourbillon et les soucis de la vie. Souvent, ils sont aveuglés par l’éclipse de Dieu au sein de notre société française. Peut-être pensent-ils, comme je l’ai entendu, que le catéchisme n’existe plus. Nous leur disons : « Oui, le catéchisme, ça existe encore ! ».

4- Notre projet est de former la foi des jeunes chrétiens face aux questions radicales qui leur sont posées. « Comment Dieu peut-il avoir un fils ? », me demandait un jeune musulman lors d’une visite d’une classe de 4e dans un établissement catholique. Et un jeune moine bouddhiste témoignait devant moi du grand succès des heures de méditation silencieuse qu’il propose matin et soir dans son temple d’Aix-en-Provence. Quels maîtres de prière chrétienne les enfants trouveront-ils sur leur chemin ?

5- Le Christ a dit : « Allez, de toutes les nations, faîtes des disciples ». Promouvoir le catéchisme, c’est répondre à ce désir du Christ de faire connaître son message d’amour et de vérité, de pardon et de paix.

Le catéchisme, c’est la bonne nouvelle de la rentrée. J’invite chaque chrétien à la proclamer.

Mgr Christophe Dufour
Archevêque d’Aix et Arles

(1) www.lekt.org

Reflets de l'Arc n°322

Une année pour prendre soin de…


Parcourant l’actualité, voici que cette année pastorale se présente comme une invitation faite à chacun et à notre communauté paroissiale :

 
- à prendre soin de notre maison commune, suivant l’invitation du pape François : « nous devons avant tout puiser dans notre riche patrimoine spirituel les motivations qui nourrissent la passion pour la sauvegarde de la création, en n’oubliant jamais que, pour les croyants en Jésus-Christ, Verbe de Dieu qui s’est fait homme pour nous, « la spiritualité n’est déconnectée ni de notre propre corps, ni de la nature, ni des réalités de ce monde ; [elle] se vit plutôt avec celles-ci et en elles, en communion avec tout ce qui nous entoure ». La crise écologique nous appelle donc à une conversion spirituelle profonde : les chrétiens sont appelés à une « conversion écologique, qui implique de laisser jaillir toutes les conséquences de leur rencontre avec Jésus-Christ sur les relations avec le monde qui les entoure ». En effet, « Vivre la vocation de protecteurs de l’œuvre de Dieu est une part essentielle d’une existence vertueuse ; cela n’est pas quelque chose d’optionnel ni un aspect secondaire dans l’expérience chrétienne ».
 
- à prendre soin de nos frères d’Orient, à l’invitation de notre archevêque : « Au cœur de l’été, je me fais le porte-parole des deux millions de « sans eau » de la ville d’Alep en Syrie :(…)« Nous vivons dans des conditions inhumaines. Depuis plus de 20 jours, l’eau est complétement coupée… Toute une population est condamnée à subir la chaleur, la soif, la haine… C’est une honte ! Une ville est en train d’être punie. Ses habitants sont réduits à la guerre de l’eau…, ils meurent assoiffés… mais dignes… »(George Sabé, frère mariste, à Alep)(…).Que pouvons-nous faire ? D’abord prier, oui redoublez de ferveur dans la prière. Ensuite parler, dénoncer le silence sur cette sale guerre qui laisse indifférents tant de gens et tant de gouvernants. Enfin aider. Je sais que de nombreuses causes urgentes sont à soutenir. Si vous voulez aider le frère Georges et l’action des Maristes bleus, il suffit de rédiger un chèque à l’ordre de l’œuvre d’Orient et de l’envoyer à Françoise Parmentier, 9 avenue Poincaré 75116 PARIS.
 
- à prendre soin de notre communauté paroissiale : elle est un don de Dieu, confiée aux talents et services de chacun pour rencontrer et accueillir tous ceux qui ont soif de la Miséricorde de Dieu qui sera au cœur de l’année jubilaire s’ouvrant le 8 décembre prochain.

Bonne et heureuse année pastorale,
père Vincent Pascal


 

Plus d'articles...